Obligations : de la reprise à l’expansion
Insights

Obligations : de la reprise à l’expansion

Pour 2022, nous tablons sur une transition du marché vers la traditionnelle phase expansionniste du cycle conjoncturel. Voici ce que cela implique pour les investisseurs obligataires.

Obstacles monétaires

Tout au long de l’année 2021, les marchés financiers ont pu compter sur le soutien d’une politique monétaire accommodante à l’échelle mondiale. En 2022, pourtant, la situation s’annonce assez différente. Les banques centrales ont déjà commencé à freiner leurs achats d’actifs et il convient de s’attendre à un contexte très différent pour les taux d’intérêt à court terme, avec des relèvements de la part de la majeure partie des grandes banques centrales. Ce soutien monétaire déclinant, associé à des valorisations de départ élevées, réclamera une approche plus sélective des obligations en 2022.

Stars potentielles

En période de récession, il n’est pas rare que les agences de notation rétrogradent les sociétés dont l’éclat économique commence à s’affadir. Pendant la pandémie, le volume de ces « anges déchus » a atteint un niveau historique : 184 milliards USD de dettes d’entreprises ont perdu leur statut investment grade (IG).1 Grâce à une gestion agressive des coûts, des dépenses d’investissement, des dividendes, des rachats d’actions et des structures du capital, les entreprises sont parvenues à stabiliser leurs soldes de trésorerie. Avec le retour franc de la demande, les marges bénéficiaires et les flux de trésorerie disponible ont rapidement grimpé, ce qui a permis aux sociétés de réduire leur endettement et d’améliorer leur qualité de crédit. L’année 2022 s’annonce, selon nous, comme un très bon millésime pour les « étoiles montantes », étant donné que de nombreux émetteurs à haut rendement sont promus en catégorie investment grade (Figure 1). Dans un contexte d’appréciation des cours très limitée, les candidats au statut d’étoile montante pourraient constituer une rare opportunité de gain. Les primes de risque entre les obligations notées BB et BBB offrent encore une certaine valeur et les cours pourraient grimper dès lors que les investisseurs anticipent des notes plus élevées. Il faut néanmoins pouvoir compter sur une recherche de crédit fondamentale ciblée pour identifier ces titres bien placés avant l’action des agences de notation.
Figure 1 : Etoiles montantes : les relèvements de notes de crédit d’émetteurs à haut rendement surpassent les rétrogradations consécutives à la récession
Figure 1: Rising stars: credit upgrades for high yield companies are outpacing post-recession downgrades
Source : Bank of America/Macrobond, octobre 2021. Taux de migration des crédits à haut rendement : relèvements nets sur six mois glissants en pourcentage de la valeur de marché, du 1er janvier 2016 au 31 octobre 2021.

Avantages en dehors des indices de référence

Les liquidités injectées en raison du Covid ont ramené les investisseurs du monde entier vers les marchés financiers et poussé les valorisations à des niveaux historiquement élevés sur la plupart des marchés obligataires liquides. Les exceptions notables sont les obligations qui sont moins liquides, moins suivies ou moins présentes dans les indices de référence. On l’observe tout particulièrement dans le crédit structuré et les obligations municipales. Près de 40% des titres adossés à des hypothèques et à des actifs ne figurent dans aucun indice de référence, y compris la plupart des opportunités affichant les rendements les plus élevés de cet univers. Les obligations municipales connaissent une dynamique identique. Le niveau élevé de fragmentation, la taille réduite des émissions et l’absence fréquente de note de crédit impliquent que les indices de référence concernés laissent souvent de côté un grand nombre d’opportunités. Dans ces deux cas, une stratégie active fondée sur la recherche permet de préciser le compromis risque/ récompense afin de profiter de perspectives de revenu et de performance supérieures à celles des options passives.

De la reprise à l’expansion

Pour 2022, nous tablons sur une transition du marché de la situation de choc provoquée par la pandémie à la traditionnelle phase expansionniste du cycle conjoncturel. A ce stade, les investisseurs obligataires bénéficient nettement moins d’une exposition au risque de marché générique dans la mesure où les banques centrales pensent à leur stratégie de sortie. Une approche plus ciblée, axée sur l’amélioration des finances des entreprises et des ménages, se traduira par de meilleurs résultats en 2022.
Image of Adrian Hilton

Macro/Obligations d’Etat 2021-2022

Par Adrian Hilton, Head of Global Rates and Currency

L’année 2021 restera dans les mémoires comme une année où le mot « temporaire » a été utilisé plus souvent qu’à son tour. Au sujet des marchés, il concerne la lutte qui fait rage entre les prévisions de hausse de l’inflation et l’idée que le niveau actuellement disproportionné des prix retournera à l’équilibre au cours de l’année à venir, une fois que des facteurs temporaires, comme la réouverture de l’économie, les pénuries dans les chaînes approvisionnement (en main-d’oeuvre et en capital) et les augmentations des prix de l’énergie, seront derrière nous.
L’année a donc été difficile pour les emprunts d’Etat de référence. Les attentes vis-à-vis des rendements et de l’inflation ont grimpé pendant la majeure partie de l’année et les performances ont été négatives. Parallèlement, les discours des banques centrales ont plutôt été accommodants, même s’ils n’ont généralement pas suscité la confiance ou le soutien du marché. Notre propre vision d’une croissance, d’une inflation et de rendements obligataires faibles pendant une période prolongée a été mise à mal, ce qui a parfois encore davantage compliqué l’année pour nos fonds.
Qu’en est-il des perspectives ? Selon nous, ce type de pression inflationniste exceptionnel ne devrait pas se reproduire et ne conduira pas à des hausses durables des salaires. Dès lors, la croissance négative des salaires réels, les difficultés budgétaires – notamment au Royaume-Uni – et le durcissement marginal des politiques monétaires pèseront sur les économies après le solide rebond enregistré cette année.
Le marché des obligations d’Etat devrait en bénéficier. C’est pourquoi notre scénario de référence table sur des performances qui seront meilleures en 2022 qu’en 2021.
Alasdair Ross

Obligations investment grade 2021-2022

Par Alasdair Ross, Head of Investment Grade Credit, EMEA

Pour les marchés du crédit investment grade, 2021 restera avant tout dans les mémoires comme une année caractérisée par une faible volatilité des spreads, ce qui contraste fortement avec les 12 mois qui l’avaient précédée. Les spreads de la dette IG mondiale ont évolué dans une fourchette d’environ 20 pb entre janvier et la mi-novembre 2021, tandis qu’en 2020, leurs variations avaient dépassé les 240 pb.
Ce très faible niveau de volatilité, associé à une dispersion extrêmement limitée, génère un environnement plus compliqué pour la gestion active et, même si la plupart de nos fonds ont surperformé cette année, l’ampleur de cette surperformance est moins forte que l’année précédente.
Quelles sont les perspectives pour l’année à venir ? Nous sommes plutôt neutres au sujet du niveau des spreads. Il reflète l’équilibre entre des fondamentaux positifs et des valorisations élevées. Plus précisément, si les politiques semblent lentement évoluer dans la « mauvaise direction », les taux d’intérêt faibles et/ou négatifs enregistrés aujourd’hui et attendus pour demain continueront d’offrir une conjoncture favorable au marché.
Secondly, the global economy may be slowing a little – but for IG credit a “not too hot, not too cold” low but positive growth environment is ideal. It creates an atmosphere that helps rein in excessive animal spirits in the boardroom yet doesn’t produce a risk of significant downgrades or worse. Corporate credit quality is also heading in the right direction and we expect key metrics to revisit where they were at the end of 2019 by the end of this year.
Deuxièmement, l’économie mondiale connaît peut-être un léger ralentissement, mais pour le crédit IG, un contexte de croissance faible mais positive (« ni trop chaud, ni trop froid ») est idéal. Il instaure un climat qui aide à canaliser les esprits animaux excessifs dans les conseils d’administration, sans pour autant susciter un risque significatif de rétrogradation, voire pire. La qualité de crédit des entreprises évolue également dans la bonne direction et nous prévoyons que les principaux indicateurs retrouveront leur niveau de fin 2019 d’ici la fin de cette année.
Enfin, nous tablons toujours sur une demande solide pour les classes d’actifs génératrices de revenus et assorties d’un risque faible, comme le crédit IG, alors que nous nous trouvons dans une période caractérisée par un nombre réduit de nouvelles émissions et par la poursuite des achats d’actifs des banques centrales en Europe.
Alors pourquoi ne sommes-nous pas plus optimistes ? Le problème vient des valorisations ou des spreads. Le niveau actuel des spreads de crédit se situe bien au-delà de la moyenne à court terme (cinq ans) et de la moyenne à long terme (20 ans) et est plus onéreux d’un peu plus de 0,5 écart-type par rapport à cette dernière.
Roman Gaiser

Haut rendement 2021-2022

Par Roman Gaiser, Head of High Yield, EMEA

Pour les marchés du crédit à haut rendement européen, 2021 aura été l’année d’une amélioration de la qualité de crédit, que l’on a pu observer avec le retour des étoiles montantes ainsi qu’avec la chute des prévisions de défaut en deçà de 1%. Cette situation était totalement à rebours de celle de l’année 2020, pendant laquelle la taille du marché et la qualité de crédit avaient grimpé en raison du nombre et du type d’émetteurs qui avaient rejoint l’univers du haut rendement européen, grossissant ainsi les rangs des anges déchus, alors que les prévisions de défaut dépassaient presque les 10%.
Les spreads du haut rendement européen ont enregistré un aller-retour de 100 pb ces 12 derniers mois, avec un point bas atteint à la mi-septembre. Les spreads de crédit sont retombés à leurs niveaux pré-Covid grâce, entre autres, à l’amélioration des fondamentaux des entreprises et à l’évolution positive des notes de crédit. Les prévisions de défaut ont donc reculé tandis que les banques centrales maintenaient leurs politiques de taux bas pour longtemps, offrant un soutien solide à la classe d’actifs.
Et pour l’année à venir ? Le haut rendement européen bénéficie encore de perspectives positives pour la croissance et d’une amélioration des fondamentaux des entreprises. L’augmentation des cas de Covid ainsi que la récente apparition du variant Omicron viennent cependant nous rappeler les risques. Néanmoins, les efforts en vue d’éviter des confinements et de soutenir une conjoncture économique qui s’améliore restent un objectif clé de la plupart des gouvernements. Les facteurs techniques des marchés semblent équilibrés : les craintes inflationnistes liées aux pénuries du côté de l’offre et de la main-d’oeuvre, ainsi qu’aux perturbations logistiques, font pression sur les courbes de rendement souveraines et les banques centrales semblent commencer à se détourner des politiques monétaires accommodantes.
L’appétit pour les revenus et les actifs générateurs de rendements supérieurs reste important et des opportunités se profilent du côté de nouveaux émetteurs qui arrivent sur les marchés. Alors que les spreads sont aujourd’hui plus hauts de 100 pb que leur point bas de 2021 et qu’ils ont retrouvé les niveaux observés voilà 12 mois, les valorisations semblent justes malgré la récente poussée d’incertitude. Les cours semblent déjà tenir compte des attentes relatives à une poursuite de la reprise économique au lendemain de la pandémie, tandis que les préoccupations au sujet des défauts ont chuté à des niveaux historiquement bas. Les primes de risque sont proches de leurs planchers absolus et l’on peut donc craindre que la rémunération en cas de volatilité imprévue soit limitée. Cela dit, avec une remontée des rendements et une duration modérée, le marché du haut rendement européen présente des opportunités.
4 janvier 2022
Partager l’article
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes
Listen on stitcher badge
Partager l’article
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Sujets clés
Sujets connexes

1 Indice ICE BofA US High Yield Cash Pay Constrained, janvier-décembre 2020.

Informations importantes

Les analyses contenues dans ce document ont été produites par Columbia Threadneedle Investments dans le cadre de ses propres activités de gestion d’investissement. Il se peut qu’elles aient été utilisées avant la publication et elles ont été incluses dans ce document à titre informatif. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de leur auteur à la date de publication mais peuvent changer sans préavis. Les informations obtenues auprès de sources externes sont jugées fiables mais aucune garantie n’est donnée quant à leur exactitude ou à leur exhaustivité. Toute action ou obligation spécifique mentionnée ne saurait être considérée comme une recommandation d’investissement.

Eclairages connexes

8 août 2022

In Credit Weekly Snapshot – August 2022

Our fixed income team provide their weekly snapshot of market events.
Read time - 3 min
5 août 2022

ESG knowledge shared: August 2022

Keep up to date with responsible investing in our monthly roundup of highlights – interesting events, articles we’re reading, podcasts and more.
Read time - 4 min
25 juillet 2022

In Credit Weekly Snapshot – July 2022

Our fixed income team provide their weekly snapshot of market events.
Read time - 3 min

Vous pourriez aussi aimer

Qui sommes-nous ?

Des millions d’investisseurs de par le monde font confiance à Columbia Threadneedle Investments dans la gestion de leurs actifs : investissements particuliers, conseillers financiers, gestionnaires de fortune, compagnies d’assurance, fonds de pension et autres institutions.

Fonds et VL

Columbia Threadneedle Investments dispose d’une gamme complète de fonds d’investissement répondant à un large éventail d’objectifs.

Approche d’investissement

Le travail d’équipe est fondamental à notre processus d’investissement qui est structuré de manière à évaluer et mettre en pratique de solides idées d’investissement pour nos portefeuilles.

Veuillez confirmer quelques détails vous concernant pour visiter votre centre de préférences

*Champs obligatoire

Une erreur s'est produite veuillez réessayer

Merci. Vous pouvez maintenant visiter votre centre de préférences pour choisir les informations que vous souhaitez recevoir par e-mail.

Pour afficher et contrôler les informations que vous recevez de notre part par e-mail, veuillez visiter votre centre de préférences.